L’Aïkido, un art de vivre

Même s’il se veut pacifiste, l’Aïkido est, par définition, un sport de combat. Il requiert peu de force, mais nécessite un entraînement physique. Souplesse, équilibre, motricité, rapidité d’exécution sont autant de notions qui sont travaillées pendant les séances.

Ce que l’on ne soupçonne pas forcément à première vue, mais qui fait toute la richesse de l’Aïkido, c’est que chacune de ces notions fait appel à des raisonnements philosophiques aboutis. La philosophie de la non-violence, en premier lieu, sur laquelle est fondée la discipline. Ce faisant, les aïkidokas s’engagent sur la voie de l’harmonisation. La recherche de pureté du geste et de la pensée guide les actions des pratiquants, le tout dans la plus grande sérénité possible.

L’une des nombreuses particularités de l’Aïkido, par rapport aux autres arts martiaux, c’est qu’il n’est soumis à aucune compétition. Certes, il existe bien des ceintures de couleur, visant à indiquer le niveau des athlètes, mais c’est le professeur qui les décerne jusqu’à la ceinture marron incluse, quand il estime que son disciple est prêt. Pas de points, pas de championnat, rien qui mette les élèves en compétition, ce qui serait un contresens par rapport à l’esprit de l’aïkido.